les entretiens d’embauche

2004- à poursuivre :) | 15 x 5 minutes | les filmentropes | art

2004- à poursuivre :)
15 x 5 minutes
les filmentropes
art

En 2004, j’ai 23 ans et une longue expérience des jobs en tout genre.

Femme de ménage en maison de retraite, caissière, vendeuse de chaussures, conseillère en prêt à porter, animatrice en centre social, décoratrice en festival…

Ce qui m’a frappée dans ce monde du travail où l’humain, édulcoré, est réduit à une somme de compétences basiques, c’est l’antagonisme entre la nature poétique et infinie des êtres face à la tâche qui leur est demandée. Cette tâche d’une banalité, d’une superficialité sans borne, et même d’une nécessité discutable face à l’absolu de l’existence.

Bref, sans doute suite à un nième entretien foiré pour un job basique, face à un recruteur qui semble avoir renoncé à s’épanouir dans son travail… est née cette idée de fausses offres d’emplois carrément décalées.

En 2004, je réalise un premier « vrai » entretien avec un voisin, Eric. On discute de sa vie, de son rapport à l’emploi, de ses expériences, et je lui propose « musicien en salle d’attente d’un cabinet de dentistes », qui est une offre inspirée directement de son parcours. L’entretien dure 1h, j’en garde 10 minutes. La série est née.

En lisant les journaux, en discutant, en rencontrant des parcours et des identités multiples, naissent de nouvelles offres d’emplois farfelues.

Briseuse de couple, Guide touristique en misère urbaine, responsable d’antenne d’une chaîne spécialisée dans la violence, Découpeuse de poulets, détective canin, hacker, Impressario pour star de l’accordéon, vendeur spécialisé dans la pêche en eaux douces, prof de surf, épilatrice de cactus, logisticienne de la solidarité internationale, poète en centrale nucléaire … Il y en a pour tous les styles.

Au fur et à mesure des entretiens certains ont été plus écrits, d’autres plus improvisés. Mais ils sont toujours issus d’une rencontre et d’un parcours authentique, même s’il est romancé.
J’ai aimé à chaque fois ce moment privilégié que j’ai passé avec la personne qui a accepté de jouer le jeu. A cœur ouvert, aller chercher dans son parcours les éléments clés qui permettront de défendre tel type de poste, et à la fois dans ses valeurs, l’absurdité qu’elle serait prête à dénoncer à travers son entretien.

Parfois pinçant, parfois drôles, parfois pas, ces entretiens sont livrés bruts, parfois en plan séquence, dans une période où on devrait zapper et monter très rapidement ces perles. Mais je préfère les hésitations et les cafouillages, le naturel, le vrai et l’authentique.

Mes entretiens sont difficiles d’accès : il faut prendre son temps, le temps d’un entretien que l’on donne à quelqu’un. Mettez-vous à la place du recruteur, quelqu’un a quelque chose à vous dire.

La série a été chroniquée sur France inter (Cartier Libre, Le bruit du net), sur Libération et Cadremploi. Elle a été plusieurs fois mise en avant sur Dailymotion.

Elle a également été présentée en installation dans différents lieux du 1er arr de Lyon, dans une forme d’entretien en face à face avec le spectateur. Un moulage à taille humaine a été réalisé et habillé pour l’occasion; un travail mené avec Maryline Tardy qui au-delà de l’entretien de découpeuse de poulet, a fait montre de compétences pointues en découpe de fils de fer et cellophane. Cette installation a bénéficié du soutien « Envie d’Agir ».

> La playlist intégrale est disponible ici.